Art 20: islandais - CARPE

Aller au contenu

Menu principal :

<<< retour aux articles

Article publié en Décembre 2014








vLE CHEVAL ISLANDAIS ET L’EQUITATION ISLANDAISE




Le cheval islandais est la seule race originaire de l’île d’Islande.



Il est vraisemblablement descendant des chevaux amenés par les
Vikings lors de la colonisation de l’Islande puis croisé avec les chevaux amenés lors de la vague de colonisation en provenance d’Ecosse, d’Irlande et de l’île de Man.






Les importations de chevaux sont interdites en Islande depuis le Xème siècle, l’Islandais n’a donc subi aucun croisement depuis plus de 1000 ans, ce qui en fait une des races les plus pures au monde.

Cette interdiction d’importation est survenue à la suite d’une tentative ratée d’hybridation avec des chevaux orientaux, qui a eu pour conséquence une dégénérescence de la race. Elle permet aussi de préserver l’Islandais des maladies contagieuses qui sont inconnues sur l’île.

Un cheval ayant quitté l’île ne peut y retourner, et l’importation de matériel destiné à l’équitation (selles, brides ...) est interdite pour les mêmes raisons.


Les Islandais vouent depuis toujours un très grand respect pour leur cheval : au Moyen Age, les chevaux de guerre étaient enterrés auprès de leurs cavaliers ; les combats d’étalons tiennent une grande place dans la tradition islandaise et le cheval  est très présent dans la mythologie et la littérature du pays.




La sélection naturelle a joué un grand rôle dans le développement de la race : le climat se fit très dur entre les années 1300 et 1900, sélectionnant les chevaux les plus rustiques.

Entre 1783 et 1784, 70% des chevaux de l’île furent tués par empoisonnement par des cendres volcaniques et par la famine à la suite de l’éruption du Laki.

Tous ces épisodes de sélection naturelle ont non seulement sélectionné les individus les plus robustes, mais ont également fait disparaître les tares qui pouvaient atteindre la race Islandaise.





Malgré la fermeture de l’importation de chevaux en Islande depuis un millénaire,
aucun problème de consanguinité n’est apparu dans la race.


Le premier registre d’élevage date de
1923.
D’abord sélectionné pour ses capacités d’endurance et de robustesse, le cheval Islandais est désormais sélectionné pour ses allures et sa finesse équestre.

En 1969, la
FEIF ( Fédération of european islandic-horse friends)  , association internationale des propriétaires de chevaux islandais est créée dans le but de promouvoir la race, organiser son développement selon ses critères spécifiques et organiser les manifestations autour du cheval islandais.


Exporté tardivement il est présent aujourd’hui dans
19 pays, où il rencontre un vif succès, notamment en Allemagne (50% des Islandais exportés).
Il existe aujourd’hui environ 80 000 chevaux islandais sur l’île et 100 000 en dehors (dont plus de 50 000 en Allemagne).
En France, ils sont environ
3000, la plupart situés dans le Nord Est (en raison de la proximité avec l’Allemagne).




Les caractéristiques du cheval Islandais :




Cheval de selle de petite taille (1m25 à 1m45), les Islandais le désigne néanmoins par le terme de cheval.


Rustique, d’une grande résistance, il est capable de supporter le climat rigoureux de l’île.






La principale caractéristique du cheval islandais est de posséder 5 allures naturelles : en plus des 3 allures classiques (pas, trot, galop), il pratique de manière spontanée le tölt et l'amble.


En raison de leur mode de vie difficile, l’Islandais est une race qui se développe lentement et le cheval
atteint la maturité tardivement (7 ans) : il n’est en général débourré qu’à l’âge de 5 ans et sa longévité moyenne est de 35 à 40 ans. Un cheval islandais exporté au Danemark aurait même atteint l’âge de 56 ans.





Toutes les couleurs sont admises, et il n’est pas rare de trouver chez l’Islandais des
marques primitives comme les zébrures ou la raie de mulet.





Le cheval islandais porte les caractéristiques anatomiques liées à son mode de vie :
Fort et trapu, il est capable de porter de lourdes charges. La crinière est épaisse et le poil long. Le pied est sûr et habile.






Il s’accoutume très bien d’une nourriture pauvre, et,
très sensible aux excès alimentaires, il doit être rationné si sa pâture est trop riche, car il est sujet aux coliques et aux fourbures.


Le cheval islandais est
peu farouche (caractéristique probablement liée à l’absence de prédateurs en Islande) et docile.





Encore utilisé pour le gardiennage des moutons, l’Islandais participe à des
concours d’allures spéciaux (équitation islandaise), et est également un excellent cheval de loisir.






Il peut participer à différentes activités comme le dressage, l’obstacle, le TREC ou encore l’attelage.








Les allures de l’Islandais et l’équitation islandaise

                             




Petit rappel sur les allures :

- Le pas : Allure
marchée, symétrique, à  4 temps séparés. Sa vitesse moyenne est de 7 km/h.



Postérieur droit- antérieur droit- postérieur gauche- antérieur gauche.




- Le trot : Allure
sautée, symétrique, à 2 temps séparés par bipèdes diagonaux. Les temps sont séparés par une période de projection. Vitesse moyenne 14 km/h.





Diagonal droit (c’est à dire antérieur droit et postérieur gauche en même temps) – Projection - Diagonal gauche (antérieur- gauche et postérieur droit en même temps).



- Le galop : Allure courue et basculée, asymétrique à 3 temps suivis d’une période de projection. La vitesse moyenne est de 21 km/h, et de 55 km/h max (88km/pour certains chevaux de course).






Galop à droite : postérieur gauche – bipède diagonal gauche- antérieur droit- projection.
Galop à gauche : postérieur droit- bipède diagonal droit- antérieur gauche- projection.



- Le canter : Petit galop, galop calme. Se dit du galop des chevaux de course effectuant leur détente.



- L’amble est une allure
symétrique à 2 temps par bipèdes latéraux, avec un temps de suspension entre 2 mouvements




Bipède gauche – suspension - bipède droit.


Il peut être « commun » (dit « amble de cochon »), et est alors une forme de pas rapide.

L’
amble volant s ‘obtient à partir du galop et peut atteindre la vitesse du galop de course.




Les 2 allures naturelles supplémentaires du cheval islandais :

1) Le tölt





- Le tölt est un amble latéral à 4 temps : c’est une allure très rapide et confortable, qui possède le même mécanisme que le pas, c’est-à-dire :





Postérieur gauche, antérieur gauche, postérieur droit, antérieur droit


Mais il peut être exécuté sur de très grandes variations de vitesse, allant de celle du pas rapide à celle du galop.

Pendant le tölt, le cheval conserve en permanence un pied en contact avec le sol.

Les postérieurs sont très engagés, ramenant le poids sur l’arrière main et permettant donc à l’avant main d’être plus dégagée.



Au tölt, le cheval présente des mouvements très amples et relevés des antérieurs et un port de tête très fier.



L’allure est très confortable parce qu’elle est régulière et stable car il n’y a pas de temps de suspension.

Même si le dressage permet d ‘améliorer l’allure, le tölt est une allure naturelle chez le cheval islandais : certains chevaux islandais vont préférer se déplacer au tölt plutôt qu’au trot.

Des allures similaires existent chez d’autres races (comme le
running walk, ou rack), mais seul l’Islandais présente cette allure de manière aussi naturelle, avec une telle amplitude et avec autant de variations de vitesse.



 

                                                                                      Running Walk                                            Rack



Il existe 2 variations du tölt, considéré comme des allures incorrectes :
- Le
tölt irrégulier, appelé aussi Piggy-pace ( Pig’s pace), plus proche d’un pas à 2 temps que d’un amble à  4 temps.
- Le
Valhopp : combinaison de tölt et de canter, que pratiquent souvent des chevaux non entrainés ou mélangeant leurs allures.



2) L’amble





Contrairement au tölt, cette allure n‘est pas connue par tous les chevaux islandais.
On considère donc les chevaux capables d’exécuter les 2 allures  (tölt et amble) comme les meilleurs spécimens de la race.

Généralement, les courses d’amble se font à sulky, mais l’amble est pratiqué monté en équitation islandaise.

L’équitation islandaise consiste en des concours d’allures sur les 5 allures naturelles du cheval islandais, ainsi que des courses d’amble volant.



Rencontre du cheval islandais :



En France :
Le site de la Fédération française du cheval Islandais (FFCI) met en ligne le calendrier des activités liées au cheval Islandais : stage de pratique de l’équitation islandaise, concours, démonstration d’allures ...





En Islande :
Tous les 2 ans a lieu le
Landsmot, aux alentours de fin juin- début juillet. Il s’agit du plus grand rassemblement des chevaux de l’île.



Landsmot


Enfin, de nombreux tours opérateurs proposent de découvrir l’Islande à dos de cheval.




        
               

                  CS






 
Retourner au contenu | Retourner au menu