Art 25:Le mustang - CARPE

Aller au contenu

Menu principal :

<<<retour aux articles

Article publié en Février 2015



Le Mustang



Les mustangs, légendaires chevaux américains ne sont pas à proprement parlé des chevaux sauvages ; ce sont des chevaux domestiqués retournés à l’état sauvage par le phénomène de marronnage (phénomène par lequel des animaux domestiques relâchés ou échappés forment des populations vivant à l’état sauvage).





Les équidés avaient disparus depuis longtemps du continent Nord Américain lors de la conquête de l’Amérique.

Descendants donc des
chevaux espagnols (eux mêmes issus de croisements entre andalous et barbes) importés en Amérique depuis les années 1500, ces chevaux sont dénommés « mustang » qui est un dérivé de l’espagnol « mesteno » qui signifie « vagabond ».





C’est en
1518 que furent importés les premiers chevaux en Amérique : 11 chevaux et 6 juments dont 2 avaient une robe pie et 5 autres une robe apaloosa. Une partie de ces chevaux se seraient échappés ou auraient été capturés par les Indiens. Ils seraient donc les premiers ancêtres des mustangs.




Eparpillés dans l’ouest américain, certains ne connurent plus jamais la compagnie de l’homme ; d’autres furent transitoirement domestiqués par les Indiens avant de retourner à l ‘état sauvage.  

Au 19ème siècle, la population de mustangs s’élevait à environ 2 millions de chevaux ; mais les ranchers, considérant que leur existence était néfaste pour la survie du bétail, en exterminèrent une grande partie.

Baptisés alors «
broncs », qui signifie « vermine », les mustangs disparurent en grand nombre.

Sous l’impulsion du combat mené par
Velma Jonhson (surnommée Wild Horse Annie), la loi du « Wild Horse Act » fut votée en 1971 par le Congrès Américain, protégeant les mustangs et les sauvant de l’extinction.


Wild Horse Annie


De nos jours, on estime la population de mustangs entre
13000 (chiffre des associations de défense des mustangs) et         40 000 (chiffre des autorités américaines)  chevaux, présents dans 10 états : l’Oregon, la Californie, Le Nouveau Mexique, l’Arizona l’Utah, le Nevada, le Colorado, l’Idaho, le Wyoming, et le Montana.
La moitié d’entre eux vivent au Nevada.  

Croisés de façon incontrôlés par l’Homme avec toutes sortes de chevaux (quarter horse, pur sang, trait hollandais, percheron ...), les mustangs constituent aujourd’hui une population très riche et diversifiée.

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une race, car les chevaux ne sont ni identifiés, ni inscrits à un quelconque stud-book.

Cependant, un registre ouvert en 1957 aux Etats Unis sous le nom de «
Spanish Mustang Registry » enregistre des chevaux domestiqués depuis plusieurs générations et élevés dans le but de fixer les caractéristiques du cheval espagnol. Pour éviter toute confusion, les chevaux sauvages, que nous appelons communément « mustangs » sont appelés aux Etats Unis « Wild Horse » (cheval sauvage).



Spanish Mustang

Les chevaux sauvages américains sont gérés par le Bureau d’aménagement du territoire (Bureau of Land Menagement, BLM) qui a établit un programme d’adoption des chevaux sauvages.






En effet, afin de réguler la population, le BLM organise chaque année le rassemblement de milliers de mustangs                    (« round up»), et propose à l’adoption les chevaux âgés de moins de 5 ans.





Le mustang, vendu à prix modique,  reste alors la propriété du BLM pendant un an, période à l’issue de laquelle un certificat de vente est délivré au propriétaire en échange de preuves de bons soins (vaccination...).

Malheureusement, de nombreux contrevenants contournent la loi qui interdit la vente de mustangs pour l’abattage            (le mustang étant désormais considéré comme symbole du patrimoine américain) et vendent leur mustang au bout de cette année aux abattoirs.  Et même si Barack Obama a récemment signé une loi visant à interdire les abattoirs pour chevaux sur le sol américain, nombreux sont ceux qui exportent les chevaux sur le territoire canadien.

En effet, la population des mustangs s’accroit en moyenne de 18% chaque année. Ne connaissant pas de prédateurs,           et vivant sur des territoires arides, il est dans l’intérêt même des chevaux de les protéger du phénomène de surpopulation, qui les mènerait à la famine.





Ainsi, un nouveau registre a été ouvert en 1986, recensant tout cheval sauvage (et sa descendance) adopté par un citoyen américain.

D’autres programmes visent à administrer des
pilules contraceptives aux juments ; cette méthode, plébiscitée par l’association de défense des animaux est malheureusement encore peu développée et bénéficie de moindre financement à côté des rounds up, qui reste une pratique décriée par les associations de défense des animaux.


A force de croisements, le modèle du cheval sauvage américain a beaucoup évolué au fil des siècles : il s’est notamment agrandi et offre une allure plus élancée de nos jours.

Leur morphologie est très diversifiée, leur taille allant de
1m40 à 1m70 ; toutes les robes sont autorisées.



Spanish Mustang



Mais certaines hardes conservent les signes distinctifs de leurs origines espagnoles ; par exemple, dans le Montana, qui fut le premier refuge des mustangs, beaucoup de chevaux conservent  les caractéristiques « primitives » : robe louvet ou souris, raie de mulet, bande cruciale, oreilles bordées de noir ; les études génétiques montrent la présence de sang du «
sorraia » dans ces hardes du Pryor Mountain Range où l’on retrouve les descendants les plus proches d’un point de vue génétique des mustang du 17 ème siècle.



Spanish mustang Sorraia


Les éthologues peuvent grâce aux mustangs observer la vie des chevaux à l’état sauvage :



Comptant 10 à 25 chevaux, la harde est constituée d’un étalon, d’une jument dominant, de poulains, de jeunes étalons de moins de 3 ans et de juments.
Les jeunes étalons, à l’issu de combats avec l’étalon dominant prennent la tête de la harde ou la quittent, formant des groupes avec d’autres célibataires, menant d’autres combats contre d’autres étalons pour prendre la tête d’une harde.
En cas de danger, c’est généralement la jument dominante qui donne le signal de la fuite, et entraîne la harde avec les poulains prêts de leurs mères au centre du groupe et l’étalon à l’arrière.



Proposés à l’adoption par le BLM, les mustangs nécessitent un adoptant compétent, car il est par nature
sauvage, peut être violent, et craint l’homme : il doit être apprivoisé avec patience et compétence.
Lorsqu’il est éduqué, il peut être très
affectueux envers leur propriétaire, mais conserve une certaine méfiance envers les autres personnes : il est qualifié de « cheval d’un seul Homme ».

Courageux, vif et endurant, son dressage demande également beaucoup de compétence, et de douceur pour en faire un excellent cheval de selle. Livré à lui même pendant des siècles, le mustang a dû s’adapter pour survivre, et au delà de ses capacités physiques, le mustang est réputé pour sa grande intelligence.




Les mustangs célèbres

Midway, Okinawa, Montezuma et Peking sont 4 mustangs palominos appartenant à la Garde Montée du Corps des Marines, qui les exhibe avec fierté.

Mustang Lady, fut la seule jument à gagner en 1991 trois des plus grandes courses d’endurance du pays.  Adoptée en 1982 au cours d’un round up du BLM, sa propriétaire l’avait choisie car elle était la plus faible et la plus chétive.





Cloud, célèbre étalon palomino des Rocheuses doit son renom à une série de reportages réalisés par Ginger Kathrens.



Cloud


Né pendant la réalisation de son premier reportage en 1995, il est devenu le héros de sa série et a donné son nom à l’association créée par la réalisatrice, «  Cloud Foundation » qui défend les droits des mustangs et travaille sur les programmes de sauvegarde. Sauvé à 2 reprises de la capture, Cloud a aujourd’hui de nombreux descendants.





Hidalgo, est le célèbre mustang de Franck Hopkins, dit « le meilleur cavalier de l’Ouest ». Son histoire fut adaptée au cinéma en 2004.





Malgré le fait que la protection des mustangs fasse l’objet de lois aux Etats Unis, le cheval sauvage américain reste une espèce en danger.

Retrouvez sur le site
Chevauxmustang.com toutes les informations sur ce cheval mythique ainsi que les différentes façons de l'aider à survivre.


CS


 
Retourner au contenu | Retourner au menu