Art 31: Type d'attelage - CARPE

Aller au contenu

Menu principal :

<<< retour aux articles

Article publié en Mai 2015




Les différents types d’attelage

L’attelage, utilisé pendant des millénaires comme moyen de transport, est la plus ancienne des disciplines équestres.  

L’utilisation des chevaux pour tracter des charges est bien antérieure à l’utilisation d’un cheval pour porter un homme : bien avant l’invention de la roue en 3500 av. JC, le cheval tractait des charges posées sur des traîneaux appelées travois.

D’abord utilisés pour déplacer des charges, puis pour le combat, les chars ne cessent de s’améliorer : peu à peu, l’attelage est utilisé comme moyen de transport, char de guerre,  de travail agricole, et des services naissent comme les services des postes créés par l’empereur Auguste aux alentours de 60 av. JC.

Le 18ème siècle est celui de la diligence,  à l’origine des transports publics français.

La voiture hippomobile disparait peu à peu après la 2eme mondiale, détrônée par le train, l’automobile et le tracteur.

Mais en 1970, sous l’impulsion du Prince d’Edimbourg, l’attelage trouve un second souffle en devenant un sport.


De nos jours, l’attelage est une activité de loisir, mais également un sport reconnu par la FEI.

3 types de concours sont reconnus :
- Concours complet d’attelage,
- TREC en attelage,
- Concours d’attelage de tradition.

Mais cette discipline et cet art  revêtent de nombreuses pratiques : les « types » d’attelage sont nombreux, variant le nombre de chevaux, leur placement, l’utilisation de l’attelage, la technique du menage, …



L’attelage solo :

Un seul cheval entre les brancards.

Il est le type d’attelage le plus « classique », dont toutes les autres pratiques découlent. Le matériel utilisé pour l’attelage solo représente la base dont tous les autres harnais sont des adaptations.

En compétition, le meneur est accompagné d’un groom qui l’aide, équilibre la voiture et intervient en cas d’incident.

Cet attelage peut tracter une voiture à 2 ou 4 roues.






Attelage en tandem :


Aussi appelé attelage « en flèche ».  Composé de 2 chevaux qui sont placés en file.




On appelle le cheval dans les brancards (donc à l’arrière) le wealer (ou le timonier) et le cheval à l’avant le leader (ou cheval de volée).
Ce type d’attelage servait auparavant à aller à la chasse en conservant un cheval « frais » : Le wealer tractait la voiture, pour mener le veneur (personne qui pratique la chasse à courre)  au point de départ de la chasse. Le leader (qui ne tirerait de cette façon que 30% de la charge),  était utilisé par la suite monté, pour suivre la chasse.


On rencontre encore ce type d’attelage dans les épreuves de tradition.
Ce type d’attelage peut tracter une voiture de 2 ou 4 roues, mais c’est la voiture haute à 2 roues qui est le plus souvent utilisée.
Mener en tandem demande beaucoup de dextérité : le meneur a 2 paires de guides dans les mains ( il y a autant de paires de guides que de rangs). Il faut, de surcroît, toujours garder le cheval de volée dans l’axe ; il est parfois décrit comme dangereux.  




Attelage en tridem :

Composé de 3 chevaux en file ; la difficulté est encore augmentée par rapport au tandem.
De fait, cet attelage est rare.







Attelage d’une paire :

Les 2 chevaux sont attelés côte à côte, chacun d’un côté du timon.




Ce type d’attelage est très utilisé, même s’il demande une conduite plus technique que l’attelage solo.
Le meneur ne possède qu’une paire de guides ; la difficulté est de demander un travail coordonné aux 2 chevaux.

Lors d’un attelage en solo, le cheval ne peut tirer au maximum que son propre poids, mais lorsque les chevaux sont attelés en paire, ils peuvent tirer une charge supérieure à l’addition des charges qu’ils auraient pu tirer individuellement



Attelage en team :

Il est composé de 2 paires de chevaux.
On appelle les chevaux placés à l’avant « chevaux de volée » et les chevaux placés à l’arrière les « timoniers » puisqu’ils sont attelés de chaque côté du timon qui ne se prolonge pas sur les chevaux placés à l‘avant.  





La conduite se fait avec  2 paires de rênes (une pour chaque rangée) : on dit alors que le meneur est en « grandes guides », par opposition aux « petites guides » qui concerne les attelages en solo ou en paire et qui signifie que le meneur n’a qu’une paire de guides entre les mains. Le meneur doit conserver l’alignement de ses chevaux : les timoniers doivent marcher dans les traces des chevaux de volée.

Les chevaux doivent se ressembler dans la taille et le tempérament, être de même couleur pour le côté esthétique, et être bien mis en paire.





Attelage par triple ou quadruple paires :







Attelage « à l’évêque » :

Il est composé de 3 chevaux côte à côte.




La voiture à 4 roues est la plus adaptée à ce genre d’attelage. Le menage se fait en petites guides.
Le cheval du milieu est placé dans une limonière, qui remplace le timon : il est appelé « limonier ».






Les chevaux latéraux sont appelés « bricoliers ».

Ce genre d’attelage était autrefois utilisé en France par la malle poste puis par les omnibus, car il a été montré que 3 chevaux attachés près de la charge tiraient la même charge que 4 chevaux attelés en team.

L’attelage à 3 chevaux de front est appelé ainsi car il aurait été réservé aux évêques, de la même façon que les attelages à 4 étaient traditionnellement réservés aux ducs, à 6 pour les princes et à 8 pour les rois.

Ce genre d’attelage est aujourd’hui rencontré dans les compétitions de tradition.




Attelage à la troïka :


Appelé également attelage russe ; Il est composé de 3 chevaux côte à côte, 2 galopeurs sur les côtés (les bricoliers)  et un trotteur au milieu (le limonier). Le cheval de droite galope à gauche et le cheval de gauche galope à droite.






C’est le seul attelage où les chevaux utilisent des allures différentes.

Cet attelage prend ses origines dans les services des postes russes ; il est rapide (40-50 km/h) et permet de parcourir de longues distances.

Cet attelage nécessite l’utilisation d’un brancard spécifique. Le cocher a entre les mains 2 paires de guides : une paire pour le limonier et une guide pour chaque bricolier : c’est ce qui donne la position caractéristique des chevaux d’une troïka.






Les chevaux étaient spécialement entraînés et sélectionnés pour cet attelage, ce qui aboutit à la création de la race de trotteur Orlov.



Trotteur Orlov



Attelage à la daumont (ou D’Aumont)  :

Il est composé de 2 paires de chevaux, sans meneur dans la voiture : les chevaux de gauche sont montés par un « postillon».
Le postillon est le nom donné à la personne chargée de mener la voiture lorsqu’il est monté sur un des chevaux de l‘attelage et non dans la voiture (contrairement au cocher).
On parle de demi- daumont lorsque l’attelage est composé d’une paire de chevaux avec le timonier de gauche monté sur un postillon.
L’attelage de la Reine d’Angleterre est un attelage à la daumont .




Le rôle du postillon à l’avant est de diriger, tandis que le postillon à l’arrière gère la traction.



Attelage en arbalète :

Ou unicorne.
Il est composé de 2 timoniers (côte à côte) et d’un cheval de volée (seul en avant des 2 autres). Il est très difficile à mener du fait qu’il faut conserver le cheval de volée dans l’axe du timon.





Le meneur est en grandes guides (2 paires de guides) : une paire pour le cheval de volée et une paire pour les timoniers.






Hormis pour les concours de tradition, ne sont admis en compétition que les attelages en solo, en tandem ou en paire.
On distingue 4 grands «  styles » d’attelage dans les concours.


Le style anglais :


Style distingué et conservateur.
Les chevaux sont légers,  équipés de colliers ; les guides utilisés sont les guides anglaises à la Achenbach et le fouet à col de cygne.
Le meneur est en costume gris avec un haut de forme gris, ou en redingote avec un chapeau melon ou un haut de forme noir.
Le groom porte «  la livrée » : culotte d’équitation blanche, bottes d’équitation noire, haut de forme noire.






Le style Hongrois


Le style est plus léger, gai et vif.
Les chevaux sont légers et rapides.
Ils sont équipés de bricole (pièce du harnachement au contact du poitrail), généralement ornementée et de filet à 4  anneaux.
Un fouet et des guides hongroises sont utilisés.
Ces attelages sont toujours paires ou multiples, et très souvent, à nombre impair de chevaux.
Le meneur et le groom sont généralement en habit traditionnel hongrois, bien que le meneur puisse être en costume civil, avec chapeau de paille. Le plaid et le port de gants est obligatoire.





Le style hongrois est considéré, avec le style anglais comme un attelage « classique ».



Le style américain


Il est simple et rapide
Les chevaux, souvent des trotteurs sont vifs et rapides.
Les voitures sont légères, les harnais sont fins
Le fouet est remplacé par une badine comme dans les courses de trot.






Le style russe

L’attelage compte 3 chevaux.

Il est rapide et beau : Les harnais sont travaillés, et le fouet est remplacé par des boutons incrustés sur les guides et avec lesquels on vient toucher la croupe du cheval en secouant les guides.
Le filet ne comporte pas d’œillères.

Le meneur est en costume national russe.






CS

 
Retourner au contenu | Retourner au menu