Art 39: DETE - CARPE

Aller au contenu

Menu principal :

<<< Retour aux articles


La dermite estivale récidivante des équidés (DERE)

Astuce: Cliquez sur les mot en bleu pour faire apparaître leur définition

La DERE est une maladie allergique dûe à l’hypersensibilité de certains chevaux à la piqûre de certains insectes : les culicoïdes principalement, mais aussi d’autres espèces de mouches, taons... L’allergie porte en fait sur la salive de l’insecte incriminé.

La dermite estivale est appelée aussi « ardeurs » ou gale d’été (attention ce terme est impropre, la dermite estivale n’est pas une gale. Elle n’a pas une origine infectieuse mais allergique, et n’est donc pas contagieuse).





1) Les Culicoïdes

Le culicoïde est un moucheron hématophage. On compte plus de 80 espèces de culicoïdes en France.

Les culicoïdes sont présents en grand nombre d’avril à octobre, lorsque les températures sont supérieures à 12°.

Ils se nourrissent du nectar des fleurs, mais les femelles font un repas de sang après l’accouplement et avant la ponte : ce repas de sang est nécessaire à la maturation des œufs.

Le culicoïde pique généralement à l’aube ou au crépuscule, même si certaines espèces sont diurnes. Les piqures sont également plus nombreuses par temps humide, et avec des températures comprises entre 20 et 22°.

Les culicoïdes sont favorisées par la disparition de certaines espèces prédatrices : hirondelles, martinets, chauve- souris, amphibiens …. Le réchauffement climatique pourrait leur permettre de coloniser de nouvelles régions.





2) Symptômes

Une des particularités de cette maladie est que, une fois installée, la maladie ne disparaît pas. En l’absence de mesures de prévention et de traitement, elle ne cesse de s’aggraver en raison du cercle vicieux qu’elle engendre.

Les lésions apparaissent principalement au niveau de l’encolure, la crinière, la tête, les oreilles, la base de la queue et l’abdomen. On retrouve :
- Crins de la crinière et de la queue arrachés.
-  Prurit important. Le cheval se gratte sur tous les objets qu’il peut trouver.
- Lésions de grattage, à l’origine de plaies qui finissent par s’infecter.
- Nervosité, irritabilité, agressivité
- Amaigrissement, dans les cas les plus graves. Le mal être du cheval peut se ressentir sur la prise alimentaire.





3) Complications

- Kératinisation de la peau régulièrement inflammée : la peau se transforme peu à peu en substance cornée, elle est cartonneuse et les poils ne repoussent plus.
- Infection des plaies, ulcération, saignement, suintement
- Blessures faites en se grattant : les démangeaisons sont parfois insupportables, à l’origine d’un grattage intense. Le cheval utilise tous les objets à sa portée pour se gratter et peut se blesser (hématomes, plaies au niveau des yeux …)



La DERE ne doit pas être confondue avec :
- La gale : la maladie, due à un acarien, est contagieuse.
- D’autres allergies : alimentaires, pollen, moisissures ; l’éviction de ces facteurs allergisants et le caractère saisonnier de la DERE peuvent orienter le diagnostic.
- D’autres affections dermatologiques : pédiculose (infestation par les poux, donc plutôt en hiver), …

Les tests sanguins et hypodermiques peuvent mettre en évidence une hypersensibilité saisonnière aux insectes mais ces tests sont extrêmement sensibles et donc parfois peu fiables.

4)Evolution

La maladie ne disparaît pas une fois qu'elle est apparue.
Les mesures de prévention et de traitement peuvent néanmoins l’atténuer et surtout éviter son aggravation : en l’absence de traitement, la maladie ne fait qu’empirer, un cercle vicieux s’installe et les symptômes peuvent être présents de plus en plus longtemps voire toute l’année.

5) Facteurs favorisants

Prédisposition :
- Antécédents allergiques : allergie alimentaire, allergie cutanées ….
- Hérédité : certaines races de chevaux ont des prédispositions à ce type d’allergie : Pur sang, Arabes, Welsh, Frison, Islandais, Trait Breton, Connemara, Shetland….
- Les chevaux à la peau fine peuvent être plus sensibles.

Age : Les chevaux peuvent déclencher la DERE à n’importe quel âge à partir de 2 ans.

Saison : Avril à Octobre. Les culicoïdes sont plus nombreux. La maladie se déclenche donc pendant cette période. Cependant, en l’absence de traitement, la maladie peut s’aggraver et certains chevaux peuvent présenter les symptomes de la maladie toute l’année.

Heures favorisant la piqûre : 17h- 22h. Les culicoïdes sont plus actifs au crépuscule et à l’aube.

Région : La DERE est présente partout en France, néanmoins, on constate que les insectes à l’origine de la maladie sont moins présents dans les zones situées à 800 m d’altitude et les régions avec un vent fort (bord de mer). La DERE peut survenir lors d’un déménagement, avec un changement de région notamment.

Alimentation : un régime riche en protéine favorisent les problèmes dermatologiques (pas seulement la DERE).
Le manque d’exercice peut être aussi un facteur favorisant la DERE.


6) Traitement/ Prévention

Eviter les piqures d’insectes
-
Eviter les sorties entre 17 et 22h : les chevaux sensibles peuvent être rentrés dans des box spéciaux, aux ouvertures protégées par des moustiquaires au treillage fin pour la nuit.
Les insectes sont attirés par la lumière, et notamment la lumière ultra- violette : c’est pourquoi il faut éviter de laisser la lumière allumée près des écuries et des parcs pendant la nuit mais des pièges à insectes, notamment les pièges à lumières ultra violette peuvent être disposés à l’entrée des écuries.



Les bâtiments peuvent être désinsectisés régulièrement .

- Couverture anti insectes : parfois difficile à supporter par le cheval, elles peuvent être douloureuses lors de leur frottement avec les plaies. Elles peuvent également induire d’autres affections dermatologiques liées à la macération, aux frottements, à la transpiration. C’est pourquoi la couverture doit être posée en fin de journée et le poil protégé par le port de lycra de protection.

 


                                        Couverture anti insectes                                                                       Lycra de protection

- Insectifuges : ils doivent être appliqués régulièrement et notamment le soir car ils s’éliminent avec la sueur, le roulage … Attention cependant à ce que le produit ne soit pas lui-même à l’origine d’une allergie.
Attention aux plaies ouvertes : l’application de produits insectifuge est douloureuse sur celles-ci.

-  L’huile de cade est un excellent insectifuge.

- Entretien des parcs et des box : Eviter les réservoirs d’eau où pourraient évoluer les larves de culicoïdes : Les femelles pondent des œufs dans les zones de végétation aquatique, les sols humides, et les tas de fumier. Eviter donc  les réservoirs d’eau stagnante (eau des abreuvoirs non changée régulièrement, flaques d’eau…), retirer les crottins des parcs et des box tous les jours et stocker le fumier loin des lieux de vie des chevaux.



Alimentation :
- Eviter les apports protéines dans l’alimentation : ceci est valable pour toutes les affections dermatologiques.
-  Favoriser les aliments drainants qui aideront à éliminer les toxines : sels renforcés en minéraux, eau à volonté, carottes.
- L’ail permet de repousser les insectes et a également un effet drainant qui permettra d’éliminer les toxines.

Eviter les démangeaisons :
De nombreuses solutions antiprurigineuses peuvent éviter les démangeaisons intenses.

Désensibilisation :
Des traitements de désensibilisation allergique existent mais les produits de désensibilisation sont encore difficiles à trouver.

Trt médicaux et homéopathie
- Les corticoïdes : ne peuvent être utilisés à long terme en raison de leurs nombreux effets indésirables : fourbure, ulcère …

- Les antihistaminiques peuvent diminuer les symptômes allergiques.

- Trt homéopathique :
Poumon histamine 7CH + Apis Mellifica 15 CH : 10 granules 3 fois par jours pendant 5 jours puis matin et soir pendant 10 jours
+ Ledum palustre 5 CH 10 granules 3 fois par jour.

    


Puis :
Sulfur 9 CH : 20 granules 2 fois par semaine pendant tout l’été + Rhus toxicodendron 5 CH : 10 granules matin et soir pendant 5 jours puis 5 granules matin et soir pendant 1 mois.

 



Ce traitement est très efficace mais le schéma posologique doit être respecté pour être efficace.

- Des antibiotiques prescrits par le vétérinaire peuvent être indispensables sur des plaies infectées.

Soins locaux
-
L’argile verte ou blanche : en éliminant les toxines, l’argile peut être efficace pour éviter les démangeaisons. Mais elle ne doit pas être appliquée sur des plaies ouvertes ou infectées.

- Le drainage lymphatique qui aidera à éliminer les toxines :
En homéopathie, une solution à faire préparer par la pharmacie :
Aa qsp, à faire préparer dans de l’eau (pas dans de l’alcool) : Fumaria 4 Ch + Saponaria 4 CH+ Berberis 4 Ch + Petroleum 4 CH : 40 à 60 gouttes par jour, à administrer 3 fois dans la journée.

- Le PVB drainage cutané assure également un drainage des toxines.

- De nombreuses huiles de massage permettant un drainage existent.

- Les plaies doivent être désinfectées et des pommades cicatrisantes peuvent être appliquées suivant le stade de la plaie.

- La peau cartonnée et sèche doit être hydratée à l’aide d’huiles calmantes. Attention : les huiles ne sont pas compatibles avec l’exposition au soleil.  Des huiles à base d’huiles essentielles existent mais peuvent provoquer également des allergies chez certains chevaux.

Eviter les complications
Supprimer les objets contre lesquels le cheval pourrait se gratter et veiller à ce qu’il ne puisse pas se blesser en se grattant.



Information

Le but de cet article est d’informer et de renseigner les amoureux des chevaux, et assurer la promotion de l’association CARPE au profit des chevaux maltraités et abandonnés.
Les articles ne sont pas rédigés par un vétérinaire.
Nous échangeons volontiers avec nos lecteurs dans le but de partager nos expériences, mais en cas d’urgence, il convient de joindre votre vétérinaire et non pas  les administrateurs de notre site vétérinaire. En effet, même si nous essayons d’être le plus précis et exhaustif, les informations contenues dans cet article ne peuvent se substituer aux conseils de votre vétérinaire. De plus, en raison du caractère bénévole des personnes assurant la maintenance du site, de longues absences pour des raisons professionnelles peuvent être à l’origine de réponses tardives de la part de notre administrateur.

Merci de votre compréhension.


CS


 
Retourner au contenu | Retourner au menu